Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ferrari Helldo Collection
  • Ferrari Helldo Collection
  • : Ma modeste collection de miniatures Ferrari au 1/43ème et quelques 1/18ème, des news sur Ferrari et la Scuderia, présentation des modèles de la marque aussi bien GT que F1
  • Contact

Choose your language

Recherche

Statistiques

Compteur Global

Sondage

28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 11:31

Source: Motorlegend

 

La Ferrari 575 GTZ Zagato aux enchères

 

Le 17 mai 2014, RM Auctions va profiter de sa vente monégasque pour présenter aux enchères l'unique exemplaire existant de la Ferrari 575 GTZ carrossée par Zagato.

 

La Ferrari 575 GTZ Zagato aux enchères

Cette 575 GTZ est en effet le fruit d'une commande spéciale passée à Zagato par le collectionneur japonais Yoshiyuki Hayashi, grand amateur de la marque au cheval cabré et à ce titre propriétaire de plusieurs modèles issus des ateliers de Maranello (Ferrari 166MM, 250 Spider Californie, Daytona…).

 

La Ferrari 575 GTZ Zagato aux enchères

Présentée pour la première fois au Concours de la Villa d'Este en avril 2006, la 575 GTZ Zagato est un hommage « anniversaire » rendu à la 250 GTZ berlinetta apparue cinquante ans plus tôt et qui demeure aujourd'hui encore l'une des plus belles réussites du carrossier milanais. 

 La Ferrari 575 GTZ Zagato aux enchères

Conservant la mécanique et le V12 5.7 litres de 508 ch la Ferrari 575 standard, Zagato s'est attachée à en redessiner les lignes en modelant une carrosserie ultra légère en aluminium qui, recouverte d'une peinture deux tons, donne à sa GTZ ce caractère si spécial. 

 La Ferrari 575 GTZ Zagato aux enchères

RM Auctions n'a communiqué aucune estimation pour cette pièce unique dont les enchères devraient atteindre des sommets.

La Ferrari 575 GTZ Zagato aux enchères

La Ferrari 575 GTZ Zagato aux enchères

La Ferrari 575 GTZ Zagato aux enchères

La Ferrari 575 GTZ Zagato aux enchères

Repost 0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 18:02

http://fc07.deviantart.net/fs10/i/2006/155/d/0/Ferrari_Aurea_by_XtremeYamazaki.jpg

 

 

Vous pouvez avoir accès à des fonds d'écrans gratuits, en Full HD (1920 x 1080), téléchargeables grâce aux liens présents sous chaque miniature telle que celle présentée juste au dessus.

Il faudra la plupart du temps copier/coller le lien dans la barre d'adresse de votre navigateur pour avoir accès à l'image dans la grandeur réelle.


Ces fonds d'écrans sont accessibles dans les pages du blogs en cliquant dans le menu concernant ces pages sur le côté gauche ou ici:    Fonds d'écrans Divers & Projets / Concept .

Repost 0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 17:19

http://fc07.deviantart.net/fs10/i/2006/155/d/0/Ferrari_Aurea_by_XtremeYamazaki.jpg

Source: Wikipedia

 

La Ferrari Aurea est un projet de design créé en 2005 par Design DGF. Le projet de l'Aurea est conçu avec le désir de placer l'ADN de la Formule 1 sur une voiture de route. Il a nécessité beaucoup de modifications en s'appuyant virtuellement sur la 360 Modena.

 

http://www.econ.kuleuven.ac.be/public/ndbaf47/Wallpapers/Ferrari/Ferrari_Aurea-11-1024.jpg


Le projet Aurea est né de la combinaison de l'expérience d'ingénieurs expérimentés et de la créativité des étudiants de premier cycle de quatrième année de l'université de Florence. Il propose des solutions aérodynamiques avancées et est le fruit de recherches stylistiques menées avec l'appui précieux des équipes de Maranello.

 

http://www.supercars.dk/cars/ferrari/wallpapers-ferrari-aurea.jpg


L'Aurea possède le caractère d'une voiture de sport, née pour courir et gagner. Une fois de plus, il s'agit de créer de l'émotion. De la 348 barchetta elle hérite l'élégance du côté du corps. Sculpté sur son capot le triomphe de la Ferrari F2002, le personnage d'Enzo Ferrari avec la 456 GT et la 360 Modena.

 

http://images.fr.topspeed.com/IMG/crop/200702/2004-ferrari-aurea-by-dgf-5_1600x0w.jpg

 


Repost 0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 18:28

http://johnnyboy69.edublogs.org/files/2010/09/ferrari-f430-spider-14.jpg

 

Vous pouvez avoir accès à des fonds d'écrans gratuits, en Full HD (1920 x 1080), téléchargeables grâce aux liens présents sous chaque miniature telle que celle présentée juste au dessus.

Il faudra la plupart du temps copier/coller le lien dans la barre d'adresse de votre navigateur pour avoir accès à l'image dans la grandeur réelle.


Ces fonds d'écrans sont accessibles dans les pages du blogs en cliquant dans le menu concernant ces pages sur le côté gauche ou ici:    Fonds d'écrans F430 - F430 Spider - 430 Scuderia - Scuderia Spider 16M .

Repost 0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 17:54

http://www.luxury-club.fr/images/location-voiture-luxe/ferrari-f430-spider.jpg

 

Source: Wikipedia

 

Tout comme ses prédécesseurs et dans la logique développée par Ferrari, la Ferrari F430 Spider est la déclinaison décapotable de la F430, à capote en toile motorisée. La toile s'impose évidemment face à un toit en dur pour la simple raison qu'il est impossible d'imaginer système articulé ou rotatif dans un roadster à moteur central arrière (ND Helldo: l'avenir nous prouvera le contraire). Cette dernière s'escamote en 20 secondes.

Le cuir habille l'ensemble de l’habitacle, de pair avec le carbone de la console centrale et des aérateurs latéraux.

Ce modèle apparaît dans le film Miami Vice : Deux flics à Miami

 

http://img.turbo.fr/01509714-photo-ferrari-f430-f430-spider-v8.jpg

 

 

 

 


 

Huateur: 1,21 m
Largeur: 1,92 m
Longueur: 4,51 m
  • 2 places
  • Coffre: 250 l / 250 l
  • 2 portes
  • Auto. à 6 rapports
  • Essence

 

Généralités

Date de commercialisation 18/02/05
Date de fin de commercialisation 28/02/11
Durée de la garantie 3 ans (kilométrage illimité)

Dimensions

Longueur 4,51 m
Largeur sans rétros 1,92 m
Largeur avec rétros NC
Hauteur 1,21 m
Volume de coffre mini/maxi 250 l / 250 l
Nb de places assises 2

Caractéristiques moteur

Moteur 8 cylindres v, 40 soupapes
Cylindrée 4308 cm3
Puissance 489 ch à 8500 trs/min
Couple 465 Nm à 5250 trs/min
Puissance fiscale 43 CV
Carburant Essence
Boîte de vitesse, Nb de rapports Auto. à 6 rapports avec commande séquentielle

Performances / Consommation

Vitesse maxi 310 km/h
0 à 100 km/h 4.1 s.
Consommation mixte 18.3l / 100 km
Emission de CO2 420 g/km

Date de commercialisation

18/02/05
Date de fin de commercialisation 28/02/11
Durée de la garantie 3 ans (kilométrage illimité)

 

Equipements de sécurité

  • Controle electronique de stabilite
  • Fermeture automatique portes
  • Fermeture centralisee demarrage moteur
  • Airbag passager deconnectable
  • Controle electronique de traction
  • Type de feux de route : Xenon
  • Type de feux de croisement : Xenon
  • ABS

Equipements de confort

  • Ecran multifonction
  • Direction assistee
  • Direction assistee asservie vitesse
  • Volant reglable en profondeur
  • Volant reglable en hauteur
  • Fermeture centralisee
  • Fermeture centralisee mode : A distance
  • Fermeture centralisee demarrage moteur
  • Vitres avant electriques
  • Nbre de vitres a impulsion : 1
  • Retros exterieurs reglables electriquement : Les deux
  • Retros exterieurs chauffants
  • Systeme audio
  • Systeme audio mp3
  • Radio RDS
  • Nbre de haut parleurs : 4
  • Preparation telephone
  • Climatisation nbre de zones de controle : 1
  • Climatisation
  • Climatisation automatique
  • Siege conducteur a reglage lombaire
  • Siege passager reglable en hauteur

Esthétique / Carrosserie

  • Toit convertible
  • Toit convertible operation : Electrique
  • Suspension sport

Autres équipements

  • Laves phares avant
  • Pare vent

 

Options disponibles

Airbag passager deconnectable 478 €
Antivol par satellite avec un an d'abonnement 3229 €
Cache collecteur d'admission en carbone 6530 €
Capteurs de parking arriere 1041 €
Capteurs de parking avant et arriere 1770 €
Chargeur 6 CD 1011 €
Couleur sur demande en cuir reflectif sur dessus du tableau de bord 718 €
Couleur sur demande en cuir reflectif sur volant 341 €
Couleur sur demande pour coutures (points speciaux) 341 €
Couleur sur demande pour coutures (points standard) 341 €
Couleur sur demande pour dessus de tableau de bord 718 €
Couleur sur demande pour le volant 341 €
Couleur sur demande revetement roll bar 395 €
Ecussons Scuderia FERRARI sur les ailes 1172 €
Etriers de freins de couleur Aluminium 867 €
Etriers de freins de couleur Jaune 867 €
Etriers de freins de couleur Rosso Scuderia 867 €
Etriers de freins de couleur Rosso corsa 867 €
Extincteur habitacle 562 €
Film de protection avant anti gravillon (a installer chez le distributeur) 2284 €
Grille arriere type Challenge en Carbone 2416 €
Grilles laterales vitrage moteur en carbone 2823 €
Installation HIFI haute puissance 1866 €
Jantes standard polies 1639 €
Jantes type Challenge Stradale 2201 €
Jantes type Challenge polies 3361 €
Jeu de valises en cuir, couleur identique sellerie, coffre avant 3863 €
Kit roue de secours 1064 €
Nouveau systeme de radio navigation avec Bluetooth 1949 €
Passepoils couleur au choix 658 €
Plaque dedicacee argentee 383 €
Pneumatiques poucesRun flat pouces y compris option TPMO 2081 €
Precablage Ipod dans la boite a gants 670 €
Revetement carbone compartiment moteur 8492 €
Revetement carbone compartiment moteur y compris cache collecteur d'admission 14256 €
Revetement carbone partie basse de l'habitacle 4162 €
Revetement carbone poste de conduite 3971 €
Revetement cuir pour compartiment arriere avec parties basses en carbone et seuils de portes 1148 €
Revetement cuir pour compartiment arriere et seuils de portes 1902 €
Sieges Racing tout cuir 4246 €
Sieges electriques 2248 €
Sieges electriques chauffants 2942 €
Systeme HIFI Bose avec basses 5980 €
Systeme de controle de pression des pneumatiques 855 €
Repost 0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 17:46

http://www.histomobile.com/histomob/internet/13/1389401.jpg

 

Source: Wikipedia

 

La Ferrari F2004M (M pour Modificato) est la monoplace de Formule 1 de l'écurie Scuderia Ferrari engagée lors des deux premières courses de la saison 2005 de Formule 1, pilotée Michael Schumacher et Rubens Barrichello. Les pilotes d'essais sont l'Italien Luca Badoer et l'Espagnol Marc Gené.

 

http://img227.exs.cx/img227/4191/f2004m2ce.jpg

 

Après une saison 2004 marquée par la domination outrancière de Ferrari, la FIA modifia considérablement les règles pour l’année suivante : un seul train de pneumatiques pour une course, un moteur pour deux Grands Prix (sous peine d’une pénalisation de dix places sur la grille de départ) et une aérodynamique remaniée pour limiter l’appui des monoplaces.

Pour débuter cette nouvelle saison, l’écurie de Maranello utilise comme en 2002 et en 2003 une version modifiée de la monoplace de l’année précédente : la Ferrari F2004. Cette attitude conservatrice, aussi efficace qu’elle fut lorsque les règlements étaient stables, n’allait pas se révéler payante. Dès le premier Grand Prix de la saison, en Australie, et malgré la deuxième place de Rubens Barrichello, l'équipe comprit que l’entrée en lice de la Ferrari F2005, prévue pour le cinquième Grand Prix de la saison, en Espagne, allait devoir être avancée pour permettre aux pilotes de la Scuderia de se battre avec les meilleurs.

La manche suivante, en Malaisie, confirma cette intuition, Michael Schumacher terminant à une lointaine septième place, quand son équipier fut contraint d’abandonner. Pour couronner le tout, une écurie se payait le luxe de dominer ce début de saison en lieu et place de Ferrari : Renault, victorieuse en Australie avec Giancarlo Fisichella et à Kuala Lumpur avec Fernando Alonso.

Outre les progrès des autres équipes (Renault, McLaren ou Toyota), le nouveau règlement technique aérodynamique put expliquer en partie la soudaine régression de la F2004 par rapport à 2004. De même, le collaborateur presque exclusif de l’équipe, Bridgestone, s’est beaucoup moins bien adapté au nouveau règlement pneumatique que son rival Michelin, entraînant dans sa chute celle des performances des Ferrari. Cette voiture de transition, à l’inverse de ses aînées F2001 ou F2002 encore victorieuses un an après leur apparition, marqua le début d’une année décevante pour Ferrari, qui mit fin à sa série de titres constructeurs et pilotes entamée respectivement en 1999 et 2000.

 

http://www.statsf1.com/constructeurs/photos/37/928.jpg

 

Constructeur Scuderia Ferrari
Année du modèle 2005
Concepteurs Ross Brown
Rory Byrne
Pilotes 1. Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher
2.Drapeau du Brésil Rubens Barrichello
Spécifications techniques
Châssis Monocoque composite moulée en fibre de carbone en nid d'abeille
Suspension avant Triangles superposés, poussoirs et barre de torsion, amortisseurs Sachs
Suspension arrière Triangles superposés, poussoirs et barre de torsion, amortisseurs Sachs
Nom du moteur Ferrari Tipo 053
Cylindrée 2 997 cm³
900 ch à 19 000 tr/min
Configuration V10 à 90°
Boîte de vitesses Longitudinale semi-automatique séquentielle, contrôle électronique
Nombre de rapports 7 + marche arrière
Électronique Boitier électronique Magneti-Marelli
Système de freinage Disques et étriers Brembo
Dimensions et Poids Empattement : 3050 mm
Voie avant : 1470 mm
Voie arrière : 1405 mm
605 kg
Carburant Shell
Pneumatiques Bridgestone
Partenaires Marlboro
Histoire en compétition
Début Grand Prix automobile d'Australie 2005
 
Courses Victoires Pole Meilleur tour
2 0 0 0

 

Repost 0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 17:23

 

http://wallpapers-diq.com/wallpapers/54/Michael_Schumacher%2C_Ferrari_F2005.jpg

 

Source: Wikipedia

 

La Ferrari F2005 est la monoplace de Formule 1 engagée par la Scuderia Ferrari en Championnat du monde de Formule 1 2005, avec à son volant Michael Schumacher et Rubens Barrichello. L'Italien Luca Badoer et l'Espagnol Marc Gené sont les pilotes d'essais. Elle est présentée à Maranello le 25 février 2005.

 

http://4.bp.blogspot.com/_0vQee8oZXq8/S_4vo38IRvI/AAAAAAAAQ98/YHywb47WIdk/s1600/Ferrari+F1+2005+.jpg

 

La nouvelle réglementation aérodynamique 2005 contraint l'écurie à une augmentation considérable du poids et à un design très différent de celui de sa devancière, la Ferrari F2004. De plus, le changement de la réglementation concernant les pneumatiques (un seul train de pneus pour une course) fragilise le partenariat exclusif Bridgestone-Ferrari face à Michelin. Fidèle à la stratégie victorieuse en 2002 et 2003, l'écurie débute la saison avec la monoplace de l'année précédente adaptée au nouveau règlement, le temps de fiabiliser la nouvelle monoplace.

Au volant de la Ferrari F2004M, dérivée de la Ferrari F2004, Michael Schumacher et Rubens Barrichello débutent la saison 2005. L'entrée de la F2005 est prévue au Grand Prix d'Espagne, cinquième manche de la saison. Cependant les performances insuffisantes de la F2004M, contraignent les décideurs de la Scuderia de hâter l'engagement de la nouvelle monoplace, d'autant plus que Renault domine ce début de saison.

L'entrée en piste de la F2005 a lieu au Grand Prix de Bahreïn, troisième épreuve de la saison. Schumacher, en qualification, se classe deuxième derrière Fernando Alonso. Le début de course semble marquer le retour de Ferrari au premier plan, avant l'abandon de Michael Schumacher, quand Rubens Barrichello rallie l'arrivée à grand mal, avec des pneus usés jusqu'à la corde.

À Imola, on assiste sans le savoir à l'apogée de la saison 2005 de la Scuderia. Qualifié dans le milieu du tableau après une erreur, Schumacher entame en course une remontée des plus rapides, tournant plus de deux secondes plus vite au tour que ses adversaires. Il fait la jonction avec le leader Fernando Alonso à dix tours de l'arrivée et termine deuxième du Grand Prix. Le reste de la saison voit Ferrari se débattre avec des problèmes de cohérence pneus/châssis et subir la domination de McLaren et Renault, ainsi que la menace de Toyota.

Grâce aux pneus Bridgestone inférieurs aux Michelin sur la plupart des circuits, la saison n'est pourtant pas vierge de victoire pour Ferrari. Lors du Grand Prix des États-Unis, toutes les écuries équipées de Michelin (McLaren, Renault, BAR Honda, Toyota, Williams, Red Bull Racing, Sauber) soit 70% de la grille, rentrent aux stands à l'issue du tour de chauffe. Confrontées à des problèmes de fragilité des pneus, ces écuries choisissent de ne pas participer à la course. Seules six voitures équipées de Bridgestone prennent le départ : les Ferrari, Jordan Grand Prix et Scuderia Minardi. Michael Schumacher l'emporte devant son coéquipier et Tiago Monteiro.

Les derniers points positifs de la saison sont la pole position de Schumacher en Hongrie et sa deuxième place finale. L'année 2005 s'achève sur les sacres de Fernando Alonso et Renault, mettant fin à l'ère Ferrari. Rubens Barrichello part chez BAR Honda et Felipe Massa le remplace en 2006, au volant de la Ferrari 248 F1.

 

http://farm1.static.flickr.com/78/153816143_9e93ab51ba_b.jpg

 

Équipe Drapeau de l'Italie Scuderia Ferrari
Constructeur Drapeau de l'Italie Ferrari
Année du modèle 2005
Concepteurs Ross Brawn
Aldo Costa
Pilotes 1. Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher
2. Drapeau du Brésil Rubens Barrichello
Spécifications techniques
Châssis Monocoque composite moulée en fibre de carbone en nid d'abeille
Suspension avant Triangles superposés, poussoirs et barre de torsion, amortisseurs Sachs
Suspension arrière Triangles superposés, poussoirs et barre de torsion, amortisseurs Sachs
Nom du moteur Ferrari Tipo 055
Cylindrée 2 997 cm³
900 ch à 19 000 tr/min
Configuration V10 à 90°
Boîte de vitesses Longitudinale semi-automatique séquentielle, contrôle électronique
Nombre de rapports 7 + marche arrière
Électronique Boitier électronique Magneti-Marelli
Système de freinage Disques et étriers Brembo
Poids 605 kg
Dimensions Empattement : 3050 mm
Voie avant : 1470 mm
Voie arrière : 1405 mm
Carburant Shell
Pneumatiques Bridgestone
Partenaires Marlboro
Histoire en compétition
Début Grand Prix automobile de Bahreïn 2005
 
Courses Victoires Pole Meilleur tour
17 1 1 3
Championnat constructeur 3e avec 100 points
Championnat pilote Michael Schumacher : 3e
Rubens Barrichello : 8 e

 

 

 

 

 

Repost 0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 16:50

http://www.sportcarwallpaper.us/wp-content/gallery/ferrari-superamerica/ferrari-superamerica-1.jpg

 

Source: Wikipedia

 

La Ferrari Superamerica est un coupé-cabriolet original et produit en série limitée — 559 exemplaires —, basé sur la Ferrari 575M Maranello. Elle est l'héritière de la Ferrari 550 Barchetta qui fut réalisée en l’an 2000 à 448 exemplaires. Cette version se caractérise par un inédit toit en verre électrochrome, dont l'ouverture s'effectue par rotation selon un axe pivotant à 180°.

Dernière née de la famille des Ferrari Maranello, dont la production s'est arrêtée, elle en est donc le baroud d’honneur. Elle a aussi été créée pour ressusciter l’esprit des Superamerica : modèles spécifiques à forte cylindrée, impertinence et originalité.

La finition GTC comprend : le châssis surbaissé, les grosses barres antiroulis et les freins en carbone-céramique.

 

http://static-jpeg.sport-prestige.com/wp-content/uploads/2010/11/ferrari-575-superamerica.jpg

 

Cette nouvelle Ferrari, bénéficie d'un nouveau et ingénieux système de toit, breveté par Leonardo Fioravanti. Il s'agit d'un toit en verre escamotable qui après avoir été déverrouillé manuellement, pivote sur lui-même entre les montants de la custode et vient se poser sur le couvercle du coffre où il est arrimé à deux vérins. Le problème de ce toit est que s'il pleut, lorsqu'on referme le toit, tout ce qui est dessus retombera dans l'habitacle. À noter que cette version est également moins rigide que la version fermée pour des raisons que l'on connaît.

Développé par Saint-Gobain, le verre escamotable a des caractéristiques électrochromiques qui permettent de faire varier la luminosité selon cinq degrés, commandé à partir du tableau de bord.

La lunette arrière fait office de système antiremous, comme sur le BMW série 6 Cabriolet.

 

http://www.logiciel-freeware.net/wallpapers/transport/ferrari/ferrari_575-m_superamerica.jpg

 

La Ferrari 575 M Superamerica est une version convertible innovatrice de Ferrari 575M Maranello. Le faible nombre d'exemplaires, 559 seulement, en fait ainsi une des voitures les plus exclusives jamais construites. Ce nombre suit la philosophie d'Enzo Ferrari pour qui le nombre idéal de voitures, c'est une de moins qu'il n'y a de clients. La cinématique du toit est très particulière, puisque contrairement à la 550 barchetta (cabriolet sur base de 550 maranello) qui dispose d'une capote en toile classique, la 575 superamerica dispose d'un toit qui « bascule ». En version décapotée, le toit va alors se poser sur la partie arrière de la voiture sans aucune opération de pliage. Qui plus est, ce toit est électrochrome, c'est-à-dire qu'il dispose d'un mécanisme permettant au choix de l'obscurcir ou de le rendre transparent en l'espace de quelques dizaines de secondes, comme sur la Maybach. Sous le capot, on retrouve la même pièce d’orfèvre que sur la Maranello, à savoir le majestueux V12 de 5,75 litres. Reprenant la même configuration que sur la 612 Scaglietti, il affiche une puissance en hausse de 25 ch (515 à 540 ch). Ainsi armée, la Superamerica s’affiche comme le cabriolet le plus rapide du monde avec une vitesse de pointe de 320 km/h. A ne tenter cependant que sur les lignes droites de circuits homologués. Comme sa génitrice, la Superamerica utilise une boîte manuelle six vitesses. La boîte F1 à commande robotisée n’étant quant à elle qu’une sublime et onéreuse option, au même titre que le pack "Handling GTC" qui offre les dernières nouveautés technologiques du Cavallino Rampante, notamment des freins céramique et une suspension raffermie. Produite en série limitée comme la 550 Barchetta avant elle, la Ferrari 575 M Superamerica n'a été diffusé qu'à 500 exeplaires.

 

http://images.automotive.com/cob/factory_automotive/images/features/auto_shows/2005_LAAS/2005_Ferrari_SuperAmerica__interior.jpg

 

Caractéristiques techniques:

Moteur

  • Type: 12 cylindres en V à 65°, 48 soupapes, 2×2 arbre à cames en tête
  • Position longitudinale AV
  • Injection électronique séquentielle indirecte Bosch Motronic ME 7.1.1.
  • Cylindrée : 5 748 cm3
  • Alésage x course : 89 x 77
  • Puissance ch DIN à tr/min : 540 à 7 250
  • Puissance au litre en ch : 93,94
  • Couple maxi en Nm à tr/min : 589 à 5 250

Transmission

  • Propulsion (roue AR)
  • Boîte de vitesses robotisée à 6 rapports

Poids

  • 1 730 kg
  • Rapport poids/puissance en kg/ch DIN : 3,36

Roues

  • Freins : Disques ventilés AV (390 mm) et disques AR (360 mm) + étriers à 8 pistons + ABS, BAS.
  • Pneus : AV 255/35 ZR 19 et AR 280/30 ZR 19.

Performances

  • Vitesse maxi en km/h: 320
  • 400 m DA : 12,2 secondes
  • 1 000 m DA : 21,9 secondes
  • 0 à 100 km/h : 4,2 secondes
  • 0 à 200 km/h : ND
  • consommation moyenne : 19,3 l/100 km

 

http://images.motortrend.com/roadtests/coupe/112_0508_13z+2006_Ferrari_Superamerica+Interior_View_Gauge_Cluster.jpg

 

La Superamerica de Nicolas Anelka:

 

 

 

 

Repost 0
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 18:52

 

http://www.super-fond.fr/IMAGES_VOITURES/ferrari%20f1/Ferrari-248-f1.jpg

 

Source: Wikipedia

 

La Ferrari 248 F1 est une monoplace de Formule 1 de l'écurie Ferrari, engagée au cours de la saison 2006. Ses pilotes sont Michael Schumacher et Felipe Massa.

 

http://www.v10.pl/narzedzia/tapety/Samochody/Ferrari/Ferrari%20248%20F1/Ferrari%20248%20F1%201024x768_b68.jpg

Après la saison 2005 durant laquelle les Ferrari F2005 de Michael Schumacher et Rubens Barrichello furent dominées par les Renault R25 et McLaren MP4-20, la Scuderia aimerait, grâce à la 248 F1, reprendre son cycle de victoires, ininterrompu de 2000 à 2004.

Pour cela, de nombreux changements ont eu lieu dans l'équipe, le plus notable étant le remplacement de Rubens Barrichello par son compatriote Felipe Massa. Autres changements, dans le domaine du règlement cette fois, les pneumatiques peuvent de nouveau être changés en course et les moteurs, des V8 de 2400 cm³, doivent tenir deux Grands Prix. Michelin ayant annoncé début 2006 son intention de se retirer, de nombreux partenaires rejoignent Bridgestone (Williams, Toyota...), permettant à celui-ci de disposer de nouvelles sources de comparaison.

Cette saison est abordée par Ferrari avec un esprit de revanche palpable ne serait-ce qu'à travers le changement de nomenclature dans l'appellation de cette nouvelle monoplace, rompant la série des "F+année" (Ferrari F2001, Ferrari F2002, Ferrari F2003-GA, Ferrari F2004, Ferrari F2004M, Ferrari F2005). Le "24" de 248 renvoie à la cylindrée du moteur et le "8" au nombre de cylindres. Sur un plan plus technique, cette rupture est également marquée par l'adoption d'une double-quille, suivant l'école Renault et McLaren qui remplace la traditionnelle simple quille.

Les changements de règlement et le travail abattu durant l'hiver payent puisque lors du premier Grand Prix de la saison à Bahreïn, au volant d'une 248 F1 munie d'un aileron avant incurvé semblable à celui des BAR Honda 007, Schumacher signe la pole devant son équipier (la 65e de sa carrière, le record de Senna est égalé) et termine deuxième derrière Fernando Alonso. Son équipier est neuvième après un tête-à-queue consécutif à une erreur alors qu'il attaquait Alonso. Chez Ferrari, l'optimisme est de mise, après la noire année 2005. Comme l'a déclaré Schumacher : "Il est des deuxièmes places qui valent des victoires".

Pour la deuxième épreuve de la saison, Massa change deux fois de moteur, Schumacher une fois. Avec le nouveau règlement, cela les contraint à s'élancer très loin sur la grille (Schumacher 14e, Massa 22e). Le Brésilien, profitant d'une stratégie à un arrêt plus propice que celle à deux arrêts de son coéquipier, le devance sur la ligne, en cinquième position. Les Renault R26 signent un doublé (le premier depuis 1982) et s'envolent aux championnats pilotes et constructeurs. Une semaine après, après analyse des images vidéos, huit équipes déposent une plainte auprès de la FIA concernant l'illégalité de l'aileron avant de la 248 F1 qui apparait mobile. Les deux écuries à n'avoir pas porté plainte sont Red Bull Racing dont les RB2 utilisent des blocs Ferrari et son satellite Scuderia Toro Rosso, un nouveau rapport de force semble se dessiner en F1, la Scuderia étant de moins en moins isolée face à ses adversaires. Deux des écuries accusatrices (BMW Sauber et McLaren sont alors sommées, à l'instar de Ferrari, de modifier l'aérodynamisme de leurs monoplaces.

Le Grand Prix d'Australie rassure quelque peu les adversaires de Ferrari puisque, mal qualifiés (Felipe Massa sort de la piste lors de la deuxième phase des qualifications et Michael Schumacher est onzième), les deux 248 F1 finissent leur course dans le mur, Massa au premier tour, percuté par la Williams FW28 de Nico Rosberg et Schumacher au trente-troisième tour, sur une faute alors qu'il attaquait Jenson Button.

La trêve de trois semaines avant le Grand Prix d'Imola est exploitée de façon productive pour contrer Renault. De nombreux essais sont réalisés et Michael Schumacher clame le retour de la confiance au sein de la Scuderia. Au fil du week-end, les événements lui donnent raison, puisque l'Allemand est en permanence dans les deux premiers au cours des séances d'essais des vendredi et samedi et signe la pole position, sa soixante-sixième : le record d'Ayrton Senna est battu. Massa se classe quatrième. Au terme de la course, Michael Schumacher s'impose devant Alonso après une lutte de plus de vingt tours. Massa est quatrième, au terme d'une course propre et solide.

Lors des premiers essais libres au Nurburgring, les deux Ferrari se classent en tête de la dernière séance libre. Toutefois, Fernando Alonso s'empare de la dixième pole position de sa carrière, devant les deux Ferrari. Schumacher remporte néanmoins l'épreuve à l'aide d'une stratégie parfaitement adaptée et d'un duel avec Fernando Alonso à coups de meilleurs tours en course. Son équipier termine à quelques secondes de l'Allemand, sur la troisième marche du podium, le premier de sa carrière. Sur ses terres, une semaine plus tard, Fernando Alonso est intouchable, et s'impose devant Schumacher, Fisichella et Massa qui s'offre son premier meilleur tour en course.

À Monaco, en qualifications, Massa est éliminé dès la première phase à la suite d'une erreur qui l'a envoyé dans le mur. Schumacher, en tête de la feuille des temps à deux minutes de la fin de la séance, il part à la faute et ralentit Alonso qui terminait son ultime tour, en avance sur les temps de Schumacher : après huit heures de délibérations, les commissaires sanctionnent le septuple champion du monde. Les deux Ferrari sont donc en dernière ligne de la grille. Une stratégie à un seul arrêt menée à bien et une attaque de tous les instants permettront à Schumacher de remonter à la cinquième place, Massa se classant neuvième.

Une semaine plus tard, Schumacher s'adjuge le record de la piste de Barcelone. Cependant cette performance n'est pas confirmée en course lors du Grand Prix d'Angleterre puisque Schumacher y subit la loi d'Alonso et Massa celle de Fisichella. Le titre s'éloigne au fil des courses pour Schumacher. Au Canada, Alonso s'impose depuis la pole position devant Schumacher qui dépasse Räikkönen dans l'avant-dernier tour après une glissade de ce dernier sur des résidus de gomme. Massa se classe cinquième, confortant la deuxième place de la Scuderia au Championnat.

Aux États-Unis la situation s'inverse, ce qui peut s'expliquer par la prudence de Michelin sur les lieux du scandale de l'année précédente. Qualifiées en première ligne, Schumacher devant Massa, les 248 F1 mènent la course de bout en bout, Schumacher repassant Massa auteur d'un meilleur départ à la faveur des ravitaillements. Le championnat se relance quelque peu, Schumacher reprenant six points à Alonso, ramenant l'écart à dix-neuf longueurs.

En France, les 248 F1 se classent en première et troisième position sur les terres de Renault. En Allemagne, Schumacher signe sa troisième victoire consécutive et Massa assurant le doublé : aux championnats, Schumacher est à onze points d'Alonso et Ferrari à dix points de Renault. Une semaine plus tard en Hongrie, sous le déluge, les deux principaux acteurs du championnat sont pénalisés en qualifications et partent en onzième et quinzième position. Ils remontent très vite aux avant-postes sur une piste détrempée avant de connaître un abandon, mais Schumacher empoche le point de la huitième place.

 

http://storage.canalblog.com/51/83/181107/56412852.jpg

 

 

http://img236.imageshack.us/img236/7397/schumachertestz011601062jj.jpg

 

Équipe Scuderia Ferrari
Constructeur Drapeau de l'Italie Ferrari
Année du modèle 2006
Concepteurs Ross Brawn
Aldo Costa
Pilotes 5. Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher
6. Drapeau du Brésil Felipe Massa
Spécifications techniques
Châssis Monocoque composite moulée en fibre de carbone en nid d'abeille
Suspension avant Doubles triangles superposés, poussoirs et basculeurs avec barre de torsion, amortisseurs Sachs
Suspension arrière Doubles triangles superposés, poussoirs et basculeurs avec barre de torsion, amortisseurs Sachs
Nom du moteur Ferrari Tipo 056
Cylindrée 2 398 cm³
Configuration V8 à 90°
Position du moteur centrale-arrière
Boîte de vitesses longitudinale semi-automatique séquentielle à commande hydraulique
Nombre de rapports 7 + marche arrière
Système de freinage Disques et étriers Brembo
Dimensions et Poids Empattement : 3050 mm
Voie avant : 1470 mm
Voie arrière : 1405 mm
Poids : 605 kg (pilote inclus)
Carburant Shell
Pneumatiques Bridgestone
Histoire en compétition
Début Grand Prix automobile de Bahreïn 2006
 
Courses Victoires Pole Meilleur tour
18 9 7 9
Championnat constructeur 2e avec 201 points
Championnat pilote Michael Schumacher : 2e
Felipe Massa : 3e

 

 

 

Repost 0
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 18:20

http://www.cartype.com/pics/3664/full/ferrari_575_gtz_tf1.jpg

 

La Ferrari 575 GTZ est une version d'exception réalisée en 2006 pour le milliardaire et collectionneur japonais Yoshiyuki Hayashi. Elle a été construite pour lui en deux exemplaires, l'un pour rouler au Japon et l'autre en Europe.

Sa carrosserie, entièrement en aluminium, a été dessinée par Zagato sur la base de la Ferrari 575M Maranello. La voiture possède un toit typique à double bulle.

 

http://www.cartype.com/pics/3664/full/ferrari_575_gtz_rear.jpg

 

Source: http://montesquieu.over-blog.fr

 

Le carrossier milanais Zagato a toujours été réputé pour sa compétence dans le domaine de la compétition et, assez curieusement, sa collaboration avec Ferrari a été plutôt épisodique. Quelques voitures d’exposition,  quelques autres fabriquées à raison d’un ou deux exemplaires. Rien de plus à une exception près : le superbe coupé 250 GT réalisé par Zagato et commercialisé entre 1956 et 1959. Pour célébrer le 50 ème anniversaire de ce prestigieux coupé un collectionneur japonais a commandé à Zagato une version moderne de ce coupé.

Le projet a débuté en 2005. La base : une Ferrari 575 M Maranello. Ferrari a évidemment été consulté pour ce projet. La firme l’a accepté. Elle a même accepté que le logo de la marque figure sur la future voiture à une seule condition : que celle ci ne soit pas présentée au salon de l’Automobile de Genève de 2006. Ferrari devait présenter à ce salon, en première mondiale, le remplacement de sa gamme 575M par la superbe 599 GTB Fiorano. Ce qui fut fait. Le projet 575 GTZ n’apparaitra que deux mois plus tard, en vedette, au Concorso d’Eleganzia Villa d’Este.

 

http://www.cartype.com/pics/3664/full/ferrari_575_gtz_in3.jpg

Zagato va évidemment s’inspirer du dessin initial du fameux coupé 250 GT : la forme typique du pavillon qui est la signature du carrossier, le grand porte à faux avant, la grille de calandre, mais la modernité est recherchée partout : à l’extérieur avec les lignes du flanc, les feux avant et arrière, le galbe des ailes arrière,.. mais aussi à l’intérieur tout garni de cuir clair.

 

http://www.cartype.com/pics/3664/full/ferrari_575_gtz_in4.jpg

Lors de sa présentation à la Villa d’Este l’effet est impressionnant. Le public et la presse automobile ne tarissent pas d’éloge devant ce magnifique coupé. Tant et si bien qu’il est rapidement décidé que ce ne serait pas un exemplaire unique mais que 5 autres véhicules seraient fabriqués. On parle alors d’un prix de 1,5 millions de dollars, prix qui ne sera d’ailleurs jamais confirmé puisque les cinq autres 575 GTZ seront faites sur commande et personnalisées pour chacun des clients.

 

http://www.batucars.com/wp-content/uploads/2006-Ferrari-575-GTZ-Engine.jpg

La voiture est motorisée par le  V12 à 65° de 5 748 cc de cylindrée avec 4 soupapes par cylindre. L’empattement est de 2 500 mm et, bien que la carrosserie soit largement réalisée en aluminium le véhicule atteint les 1700kg. Ce qui n’empêche pas d’obtenir des performances exceptionnelles grâce à une puissance maxi de 540 cv à 7 250 t/mn et un couple maxi de 589 Nm à 5 250 t/mn.

 

http://www.ultimatecarpage.com/images/large/2759/Ferrari-575-GTZ_1.jpg

Le premier exemplaire de la 575 GTZ, photographié ici à la Villa d’Este a été livré au Japon à son heureux propriétaire après l’exposition. Puis il a été transporté au Etats-Unis pour être exposé en 2006 au « Quail », une exposition de voitures exceptionnelles où Zagato était l’invité d’honneur. Elle y fut exposée à côté d’un coupé 250 GT Zagato.

 

 


Repost 0