Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ferrari Helldo Collection
  • Ferrari Helldo Collection
  • : Ma modeste collection de miniatures Ferrari au 1/43ème et quelques 1/18ème, des news sur Ferrari et la Scuderia, présentation des modèles de la marque aussi bien GT que F1
  • Contact

Choose your language

Recherche

Statistiques

Compteur Global

Sondage

25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 12:54

Source: Ferrarista

La collection de véhicules du Sultan de Brunei est en train de pourrir!


Il y a beaucoup de collections de véhicules au monde, mais aucune qui fait autant parler que celle du Sultan de Brunei. Michael Sheehan, un passionné propriétaire de Ferrari Online, a vu ce massacre de ses propres yeux en 2002!


Le Brunei est un riche pays pétrolier où vivent 381,000 paisibles âmes, et qui est surtout connu pour l’immense collection de véhicules (plus de 2,500!) qu’il renferme (la plus grande au monde!). Situé au Nord de l’île de Bornéo, et enclavé dans l’état Malais de Sarawak, il représente une petite superficie de 5,765 km² où règne un climat tropical terrible. Les importantes réserves de pétrole et de gaz ont fait du Sultan Hassanal Bolkiah le monarque le plus riche de la planète, avec une fortune estimée à 22 000 000 000 $ !


Beaucoup de rumeurs fusent sur internet à propos de cette fameuse collection, mais aucune n’est réellement correcte. Il faut savoir qu’aucune vraie photo ne circule sur internet, et que les 2,500 voituresn’appartiennent pas au Sultan, mais le plus gros à son petit frère le Prince Jafri, et le reste à quelques autres membres de la famille royale. Dans les faits, personne ne sait à qui appartient quoi, aucun document officiel étant connu…


Même les milliardaires peuvent faire faillite !

Jusqu’en 1997, le Prince Jafri par sa qualité de Ministre des Finances, contrôlait les revenus venant du pétrole et du gaz. Merci à la crise Asiatique de 1997 qui a fait s’écrouler sa petite entreprise d’investissements, qui a perdue plus de 10 000 000 $ ! Mais le Prince Jafri s’est permis de piocher dans la caisse avant le crise, faisant grimper à 14 800 000 $ son magot personnel.

Un grande partie de cet argent partait pour le confort de ses 5 femmes, 17 enfants et 40 maîtresses qui vivaient non loin de la fameuse collection de véhicules ! Chaque maîtresse était payée 20 000 $ par semaine, sans compter les excursions shopping, et les séjours dans le Yacht personnel du Prince (faisant 180 pieds de long) nommé Tits.

Jugé en 2000, le Prince Jafri a du rembourser en partie l’État du Brunei, et rendre ainsi 500 luxueuses propriétés, plus de 2000 voitures, 100 tableaux de maître, 5 Yachts et 9 avions de guerre ! Après enquête, il s’est révélé que le Prince a versé 78 000 000 $ à Pininfarina SpA pour se faire faire des Ferrari spéciales, et 475 000 000 $ à Rolls Royce pour la même raison.


La découverte…

Au début de l’année 2002, un importateur de véhicules situé au Brunei m’a proposé un lot de 13 Ferrari et McLaren F1 très spéciales. Après négociation, j’ai finalement acheté 2 McLaren F1, une Ferrari F40 LM et une 288 GTO Evoluzione pour des clients, ainsi qu’une option d’achat pour 16 autres Ferrari et McLaren.

C’est donc en Mai 2002 que j’ai pris l’avion pour rejoindre le Brunei. J’ai logé trois jours à l’hôtel Empire, un modèle du genre, commandé par le Prince Jafri pour la conquête somme de 1 100 000 000 $ ! Il offre un atrium à 36 mètres de hauteur, soutenu par des piliers en marbre et plaqués d’or ! L’hôtel Empire offre 7 restaurants classés 4 étoiles, un club de golf, une plage, une immense piscine, un cinéma, un bowling et tout ce que l’on peut imaginer ! Il comprend également 500 opulentes chambres, et 66 encore plus opulentes suites, mais, malgré ceci, je n’ai vu qu’une grosse dizaine de personnes, et encore, uniquement à l’heure du petit déjeuner ! Ce manque de touristes s’explique par les lois islamiques qui bannissent l’alcool du pays.


Pour la visite du parc de véhicules, c’est un ex agent des forces spéciales Néo-Zélandaises qui est venu me chercher, ce personnage travaillant pour la sécurité de la famille royale. Une fois arrivé au géant parking, se situant à quelques kilomètres de l’hôtel, je découvre un complexe digne d’une prison de haute sécurité ! Caméras de partout, barbelés, postes de contrôles… Ça ne rigole pas ! Une fois rentré à l’intérieur, une visite par le poste de garde est obligatoire pour valider les passeports.


Pour commencer, 8 bâtiments de 3 niveaux chacun, et mesurant 77 mètres de long sur 20 mètres de haut abritent une petite partie de la collection. Chaque niveau de bâtiment semble avoir un thème, au rez-de-chaussée du premier se trouve beaucoup de Porsche 959 fabriqués spécialement dans les années 1990 pour le Sultan, quand l’argent manquait chez Porsche. Il faut noter que tout le nuancier est représenté ! Le premier étage est lui rempli de Mercedes-Benz E500 (1996/1997) noires à vitres noires. Le dernier étage est lui rempli de Rolls Royce, de Bentley et d’Aston Martin.


Photo: F90

 

Le bâtiment suivant contient lui des dizaines et des dizaines de Ferrari 456 et 550, dont certaines avec l’expérimentale boîte de vitesse X-Trac. Une demi-douzaine d’entre elles sont peinte en noir mat, et équipés de caméras infrarouges pour la conduite de nuit, technologie développée dans les années 1980. Le bâtiment suivant est lui toujours rempli de Ferrari, avec encore une fois des dizaines de Testarossa, de 512 TR et de 5 exclusives 512M Spyder ! On y trouve également d’autres Ferrari spéciales, avec des 456 berlines, Venice Break, Venice Cabriolet, 5 FX, deux Mythos et une immondice nommée F90, coincée entre des Bentley Break. Sont également de la partie une Enzo et une 275 GTS RHD s/n 7795.

Entre les 8 bâtiments se trouve un autre bâtiment vitré, qui ressemble beaucoup aux concessionnaires d’aujourd’hui, et qui renferme 3 McLaren F1, et des Ferrari 288 GTO Evo, F50 et une F40 LM peinte en noire, avec un intérieur tout cuir noir, la climatisation, des vitres électriques et comme beaucoup de voitures de cette collection une conduite à droite. Au milieu de ce bâtiment se trouve une fosse vitrée tintée où dorment un trio de 288 GTO, une F40 et quelques autres voitures.


Les bâtiments suivants sont désolants : le soleil a lentement mais sûrement cuit les voitures, et combiné à l’humidité, le résultat est terrible. Ces bâtiments ont toujours eut la climatisation coupée ! Encore plus loin, d’autres bâtiments sont également là, mais ils sont moins sophistiqués. Ils sont comparables à des cabanons, avec ses murs en briques, et des toits en tôle, ce qui préserve les voitures du soleil, mais pas de la pluie… Les voitures sont donc rouillés ou pourries !

 

Photo: 456 Venice Berline


300 Mercedes-Benz, de quoi se construire une muraille !

Les derniers bâtiments se trouvent à l’arrière du complexe. Ils sont long, au nombre de deux, et à 15 mètres de distance. Ils sont remplis de Mercedes-Benz, au nombre de 300, dont la plupart des SL et SEL de 1995-1997, toutes noires à l’intérieur noir. Leurs fenêtres sont toutes ouvertes (!!!) et elles pourrissent dans l’oubli. Toutes ont la conduite à droite, et sont sans airbags, mais avec l’intérieur en cuir, et avec de beaux plaquages en bois ou en fibre de carbone. Ce groupe est appelé « le récif », en raison de leur placement, comme une barrière de corail.


Près des Mercedes se trouvait une Rolls Royce cabriolet de 1997, placée sous un vrai toit et bien stockée. Quand j’ai ouvert la porte, j’ai fait un drôle de découverte. En raison des fenêtres fermées, la chaleur étouffante a fait fondre la mousse du volant, qui s’est transformé en flaque dégoulinante sur le siège et sur la moquette. La couverture en cuir pendait comme un vieux préservatif accrochée à l’armature métallique du volant. L’intérieur cuir était lui couvert de moisissures…


Différents sous-bâtiments abritent les véhicules de la famille Royale, dont un où 60 très étranges véhicules reposent, tous jaunes pétard, dont 4 Break Bentley à 4 roues motrices, et 12 Lamborghini. Il y a également une Ferrari 456 Break Venice noire avec les vitres miroir. Un petit bâtiment contient lui des motos haut de gamme. Un bâtiment adjacent contient lui des centaines voir des milliers de boîtes vides de montres Rolex, Cartier et Patek Philippe. Dehors, derrière les 2 longs bâtiments, il y a des rangées de voiture moins importantes, telles que des Corvette, toutes absolument détruites par la pluie et le soleil. Tout cela s’explique par cette fameuse crise Asiatique : depuis 1998, la collection n’est plus entretenue, ce qui fait de ces bâtiments un gigantesque cimetière de voitures, surveillé uniquement par quelques gardes avec des chiens.


Un des responsables de Bentley a reconnu que la survie de la marque dans les années 1990 s’est faite grâce aux commandes venant du Brunei. La seule autoroute du Pays est réservée pour les véhicules de la collection. Le personnel de garde a pour consigne de brûler les voitures en cas de révolte du peuple, car sinon, le marché mondial se retrouverait inondé de Rolls et de Bentley volées !


Sur les 2,500 voitures de la collection, moins de 100 étaient des Ferrari, et seul quelques centaines étaient commercialement viables. Toutes n’avaient que quelques kilomètres au compteur, mais presque aucune n’avaient de carnet d’entretien ! Aucune n’avait était démarrée depuis 1997, ce qui fait que sur les 2,500, seules 500 voitures sont sauvables ! Nos offres ont étés acceptées avec joie par l’importateur ! Mais le pire, c’est que aucun document de vente était disponible ! Je ne vous raconte pas le bordel pour la délivrance des titres d’exportation, les bureaucrates moyens ayant peur de faire une connerie…

Nous n’étions pas autorisés à visiter les nombreux palais et résidences des Princes, frères et cousins, dommage car chaque propriété a son parking sous-terrain, avec une collection propre !


Celle du sultan contient seulement une centaine de véhicules, mais une chose est sur, il n’a jamais manqué d’argent et ses véhicules seront certainement jamais en vente !


Retour vers la réalité

Mon voyage au Brunei fut une sympathique expérience culturelle et automobilesque, mais un arrière goût amère reste dans ma bouche : je n’ai pu acheter aucun véhicule qui n’a pas été protégé, le climat tropical et les 8 années d’immobilisation ayant fait trop de dégâts. Les responsables de la collection ont aucun plan pour sauver ou vendre la collection, ni même pour en faire une attraction touristique, cela serait politiquement compliqué. Ils ont pour consigne de simplement rien faire.


Au cours des 8 dernières années, moins d’une douzaine de véhicules importants ont quittés la collection, la plupart comme cadeaux aux expatriés importants. Une centaine de Mercedes-Benz a été donné comme cadeau à la population locale, mais la majeure partie de la collection va rester là et pourrir à petit feu. Un bel exemple d’excès et de non connaissance de la valeur des choses… à noter que cet article relate des faits qui se sont déroulés en 2002, ça doit être pire maintenant !

Partager cet article

Repost 0
Published by Helldoween - dans I Have A Dream....
commenter cet article

commentaires